Batailles, combats et autres joyeusetés

C'est vrai, mon principal alpha lecteur m'en faisait encore la remarque pas plus tard qu'hier soir : si tu choisis d'écrire de la fantasy, tu ne peux pas faire l'impasse sur les batailles et autres combats.

Je le sais, j'en suis bien consciente, et pourtant...

JE DÉTESTE ÇA !!!

Voilà trente ans que je lis de la fantasy (pas que, mais beaucoup). Alors des guerres, des duels, des batailles épiques, des tournois, des attentats, des guet-apens et autres douceurs sanglantes, dieu sait que j'en ai lu !! Enfin, il serait plus juste de dire : dieu sait que j'en ai lu en diagonale, zappé, passé, feuilleté vite fait... Et c'est là que le bas blesse.

Parce que si aujourd'hui je sue comme un galérien à chaque fois que je dois trouver les mots pour décrire la moindre escarmouche, c'est bien parce que mes références sont pour le moins... floues, parcellaires, superficielles : totalement insuffisantes !


De plus, pour décrire ce genre de scène, en plus du vocabulaire, il faut également adapter le rythme et le style de phrases. C'est toute une dynamique particulière, propre à ce type de récit, qu'il faut s'approprier. Et encore plus que pour n'importe quelle autre scène, il faut que chaque action, chaque description soit parfaitement visualisable. Il faut écrire comme un film, pas comme un livre.

Pareil en ce qui concerne les sensations et les émotions des protagonistes : il ne faut pas s'étendre en explications. Tout doit être rapide, incisif, percutant.


Or donc, me voici rendue à ce tome 4, avec ses grandes batailles finales (il y en avait déjà dans le tome 3, que j'ai honteusement élipsées : mea culpa), ses scènes épiques et son suspens haletant.

Dans quoi est-ce que je me suis embarquée ?!!! Comment vais-je m'en sortir ??


Dites, vous, les lecteurs, est-ce que vous préférez les scènes de batailles et de combats très détaillées, qui durent plusieurs pages (voire chapitres), ou celles qui vont à l'essentiel sans s'attarder sur les détails ?